Date(s) de diffusion(s) :
06 octobre 2001
Télécharger l'émission :
Provenance :Fichier téléchargé sur le réseau Gigatribe
L'Altalena
Les graines de la haine ! Des graines semées il y a plus de cinquante ans et qui ont longtemps germé puis tragiquement fructifié le 4 novembre 1995... Ce jour-là, le Premier ministre israélien, Itzhak Rabin, était assassiné par un jeune extrémiste de droite. Et la disparition de l'homme qui avait osé négocier directement la paix avec Yasser Arafat est sans doute le vrai point de départ de la dégradation actuelle de la situation en Palestine.

Les graines de la haine, donc... Elles ont été semées le 22 juin 1948 sur la plage de Tel-Aviv. Cinq semaines plus tôt, le 14 mai, l'indépendance d'Israël a été proclamée et la première guerre israélo-arabe a aussitôt débuté. Mais le 11 juin, l'ONU a imposé un cessez-le feu d'un mois entre les belligérants. Une trêve pendant laquelle est interdite toute arrivée d'armes et de volontaires .

Le 22 juin, donc, l'Altalena, un cargo bourré d'armes et de volontaires juifs de l'Irgoun, un mouvement de droite, responsable de nombreuses actions terroristes, et dirigé par Menachem Begin, vient de s'échouer très près du rivage. En dépit de l'interdiction prononcée par le chef du gouvernement israélien, David Ben Gourion, les hommes de l'Irgoun entendent débarquer les armes. Itzhak Rabin, jeune officier de la nouvelle armée régulière israélienne, Tsahal, reçoit l'ordre de s'opposer par la force à cette initiative. Le combat s'engage. De nombreux hommes tombent de part et d'autre. Finalement, un coup de canon dans la coque du cargo met fin à l'engagement. L'Altalena s'embrase et explose.

Pour la première fois en Palestine, des Juifs ont donc tiré sur des Juifs. Cette dramatique affaire laisse-ra des traces profondes. Jamais Begin ne pardonnera à Ben Gourion. Quant à ce dernier, il justifiera son action en affirmant que l'Irgoun comptait se servir de ces armes pour renverser le jeune gouvernement d'Israël...

L'assassin de Rabin et ceux qui ont armé sa main ont-ils pensé à l'Altalena et aux victimes de cet affrontement entre Juifs ? C'est probable. Je lis en effet ceci dans un numéro de L'Événément du Jeudi paru en février 1998 : "Le 4 novembre dernier à Tel-Aviv, lors du deuxième anniversaire du meurtre d'Itzhak Rabin, un groupe de militants du Kach, un mouvement d'extrême droite, court vers le rivage pour y déposer une stèle sur laquelle sont gravés ces mots étranges : " Pour toujours aux victimes de l'Altalena. Puisse Dieu venger leur sang. Ni oubli ni pardon. ""

Mais pourquoi Monsieur X a-t-il choisi de me parler cette semaine de cette lointaine affaire ? D'abord, bien sûr, parce que les événements du Proche-Orient, avec leur cohorte sanglante et quotidienne de morts, ne cessent de remplir nos journaux. Mais aussi parce que cet épisode de l'Altalena demeure mystérieux. Pourquoi réellement, en ces jours difficiles, Ben Gourion, père de l'indépendance israélienne a-t-il pris le risque de briser la solidarité juive ? Et surtout, Menachem Begin était-il vraiment sur le point de tenter un putsch ? Ce que beaucoup d'Israéliens, surtout à gauche, croient encore aujourd'hui...

Bibliographie :
Cent mille juifs à la mer Jacques Derogy Stock (1973)
Ben Gourion, le prophète armé Michel Bar-Zohar Fayard (1966)
Discographie :
Golgfrapp : Human Mute
Peshay : Switch Island
Noir Désir : Le vent nous portera album : Des visages des figures Barclay (2001)