Date(s) de diffusion(s) :
16 juin 2001
Télécharger l'émission :
Provenance :Converti depuis un fichier mis en ligne sur le site de Daily Motion par Jits
Diêm
Aujourd'hui encore, un quart de siècle après, la plaie n'est pas cicatrisée... Et les 53 minutes supplémentaires que Francis Ford Coppola a ajoutées à son Apocalypse Now en témoignent à leur façon : le Viêt-nam hante toujours les esprits américains... Jamais les États-Unis n'avaient mené une aussi longue guerre. Une guerre loin du pays. Une guerre atroce, dans la boue des rizières, dans la touffeur de la jungle. Une sale guerre où des moyens terrifiants ont été utilisés : défoliants, napalm, bombardements massifs... Sans compter les exactions de toutes sortes contre les populations civiles. Et si 50.000 militaires américains ont trouvé la mort là-bas, il ne faut jamais oublier que 2 à 3 millions de Vietnamiens ont perdu la vie au cours de cette interminable guerre...

Avec Monsieur X, nous avons eu envie de revenir aux sources de ce conflit dans lesquels les Américains n'ont cessé de s'enliser... Cette guerre-cauchemar sur laquelle ils continuent de s'interroger.

Il faut d'abord rappeler - et ce n'est pas le moindre paradoxe de cette histoire - que les Etats-Unis ont d'abord soutenu ces révolutionnaires vietnamiens qu'ils allaient ensuite combattre avant tant d'opiniâtreté. C'est en effet sous Roosevelt que les services secrets américains ont aidé Hô Chi Minh. Par anticolonialisme et avec le dessein clairement exprimé de tout faire pour chasser les Français d'Indochine. Nous en avons parlé ici-même avec Monsieur X...

Mais quelques années plus tard, tout change. Mao a pris le pouvoir en Chine et bientôt, ce sera la guerre de Corée... Pour les Américains, le sort du Monde libre se joue dans le sud-est asiatique. Ils vont accepter de participer financièrement et matériellement à l'effort de guerre des Français engagés contre le Viêt-Minh. Et, lorsque nos forces seront acculées dans la cuvette de Dien Bien Phu, on évoquera même de part et d'autre l'utilisation d'une bombe atomique américaine pour mettre fin au conflit...

En 1954, courageusement, Pierre Mendès-France signe les accords de Genève. La France va se désengager progressivement. Deux Viêt-nam sont nés. Au nord, les partisans de Hô Chi Minh. Au sud, ceux de Bao Daï. Mais les accords prévoient que des élections, qui devront avoir lieu dans les deux ans, permettront de réunifier le pays. Il n'en sera rien. Les accords de Genève sont à peine signés que les États-Unis se posent en tuteurs du Viêt-nam du Sud promu ainsi que les autres pays concernés par l'OTASE, l'équivalent de l'OTAN pour le sud-est asiatique, comme rempart contre le communisme. Et ce sont les Américains qui de-viennent les plus fervents supporters du Premier ministre Ngo Dinh Diêm, un dirigeant réputé intègre et violemment anticommuniste... Historiquement, c'est donc d'abord le président Eisenhower qui engage l'Amérique au Viêt-nam... Mais c'est son successeur, John Kennedy, qui accentuera cet effort... Et prendra la lourde responsabilité devant l'Histoire de contribuer à rendre irrémédiable cet engagement militaire !

Toutefois, les choses ne sont pas aussi simples. Et, en particulier, les conditions dans lesquelles le numéro un, Ngo Dinh Diêm, a fini par être éliminé et assassiné ! Monsieur X a son idée !

Bibliographie :
Les guerres d'Indochine Philippe Franchini Pygmalion (1988)
La face cachée du clan Kennedy Seymour Hersh L'Archipel (1998)
Histoire secrète d'une victoire perdue William Colby Perrin (1992)
Discographie :
Tricky : Evolution revolution Pias
Badmarsh & Schri : The last mile Pias
M.C Solaar : La concubine de l'hémoglobine Polydor